Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog d Arwen

L'aventure d'une Elfe - Chapitre 17

28 Septembre 2006 , Rédigé par Arwen Publié dans #Vieux trucs plein de poussière

Le début, c'est ici
L'épisode précédant, c'est par la

 

Chapitre 17

Des Réponses et leurs questions

 

    Je ressentais clairement que le sort lancé provenait d'une source noire. Ce Rire atroce... Mon analyse rapide me fit comprendre que je ne pourrais lever aucun cercle de protection et que les faucons voire même Tharic sucomberont si je n'agisais pas. Mon instinct me guida et c'est avec le mana bleu que je pourrais nous protéger.
Le bleu de mes yeux s'intensifia et je lançai une
fuite de mana sur le sort du mage inconnu et invisible. Je nous pensais sortis d'affaire mais le sorcier devait se préparer depuis un certain temps, j'avais senti du mana noir combler la fuite. Le rire lointain allait donc reprendre sa force destructrice. Je lançai rapidement un rembobinage, recouvrant le mana utilisé, prette a agir de nouveau. Cette fois fut la bonne. Le rire se dissipa et un mouvement dans les fourés fut visible. Le mage fuyait.
"Tout va bien? demandai-je anxieuse. Personne de m... d'affaibli?
-Non s'étonna Tharic. Que s'est-il passé?
-Tu as ressenti quelque chose?
-Pas exactement. J'ai juste entendu un rire au loin. Pas rassurant."
Je soupirai de soulagement. Mais ce garçon m'étonnait de plus en plus a chaque fois.

    Nous levâmes le camp plusieurs heures plus tard. Ce lieu n'était pas aussi sécurisant qu'il n'y parraissait finalement. Nous partimes donc avec les chevaux et l'âne dans la forêt profonde. une drole d'impression me parcourait le dos, comme si notre petit groupe était englobé dans un flou étrange. Tharic éternua. je remarquai alors qu'il faisait froid. Un froid hivernal. D'aillieurs, certains arbres n'avaient plus de feuilles... Nous étions pourtant en fin d'hivers, et même en début de printemps dans ces contrées. J'haussais les épaules et refermai ma cape autour du cou. De la vapeur d'eau nous entourait à chacune de nos respirations. Si je faisais abstraction du calendrier et écoutait la nature, nous étions en plein milieu de l'hivers

    Le ciel s'était obscurci et les oiseaux avaient deserté les lieux depuis de nombreux miles. Tharic, qui n'avait pas l'habitude du froid étant resté la plus part de sa vie dans l'enceinte protégée de Thérentia, se couvrit de plusieurs couches de vêtement:
"Dame Arwen, grelotta-t-il, Puis-je vous demander quelque chose?
- Bien sur, à quel propos?
- Tout à l'heure, vous avez lancé deux sorts, c'est bien ça?
- En effet.
- A quoi servaient-ils?
- Le premier se nomme Fuite de Mana. C'est un sort instentané ou éphémère qui permet de contrer un autre sort.
- Cela n'a pas fonctionné?
- D'une certaine façon, si. Ce sort permet de contrer mais le mage adverse peut, s'il le désire, renforcer son sort par un flux de trois manas.
- D'où le nom de fuite... et c'est ce que le mage a fait pour que son sort continue.
- Extact.
- Mais vous avez lancé un autre sort.
- Oui, j'ai lancé un rembobinage. C'est un ephémère aussi. Il contre le sort adverse purement et simplement puis il restitue le mana utilisé pour le lancer.
- Donc le sor du mage s'est dissipé.
- En quelques sorte."
Les pas des chevaux étaient assourdis par la mousse et les feuilles mortes au sol. Tharic repris, une once de peur dans la voix:
"Mais ces contres... ils peuvent empécher une invocation?
- Oui, une invocation est un sort aussi.
- Mais que devient la créature?
- On dit en terme technique qu'elle part au cimetière ou qu'elle est défaussée.
- Elle... meurre?
- Pas exactement. En fait, à part quelques sorts de nécromencie, tu ne peux plus invoquer cette créature. Elle est comme indisponible le temps du combat.
- Mais on la récupère après le combat, hein?
- La plus part du temps oui.
- Ce n'est pas très.. rassurant"


    Tharic s'enferma alors dans un mutisme que je pris pour de la réflexion plus que de la bouderie. Il était après tout Historien et surtout curieux et doué. Je m'attendais donc à une prochaine question qui ne tarda pas.
"Quel était le sort du mage adverse?
- C'est apparemment un éphémère dit affaiblissement.
- apparemment? Vous ne le connaissez pas?
- Non, je ne connais pas tous les sorts du multivers Tharic. Les plus anciens sont puissants mais rare ou très chers0 Peu de mages sont prets a les apprendre aux autres mages. Et les plus recents sont changeants et évolutifs. Une base est toujours la, elle suit une certaine mode. Les autres sorts apparaissent avec l'accès à de nouveaux plans. Et je pense que ce sort résulte d'un de ces nouveaux plans.
- Mais comment rester à la mode?
- En restant à l'écoute des nouvelles du monde... Ce qui n'est pas notre cas actuellement.
- Je suis curieux de savoir ce que faisait ce sort.
- Il tue.
- il... Tue?
- Pas moi directement. Il est probable que tu aurait été touché. Mais il aurait tué les faucons et affaibli les chevaux.
- Pourquoi aurais-je été touché par un sort qui visiblement n'atteind que les invocation?
- Tu es mon élève et de ce fait, tu es lié par un pacte de mana.
- Comme... une simple créature? fit mon élève d'un ton de dénigrement.
- Humains, Elfes, Faucon, Chevaux... nous sommes tous des créatures, dis-je sévèrement. Tu te rappelle de mon combat contre le mage à Thérentia? La Meneuse est une Elfe et je l'ai invoquée.
- Je suis... désolé si je vous ai vexé.
- Ce n'est pas grave... tu apprend."

    Notre petit groupe sorti des arbres qui balançaient des cristaux au bout de leurs branches. Tharic poussa un cri d'émerveillement, devant nous s'étendait un panorama sur la petite plaine. Au nord, le début des enceintes de la ville blanche de Mesa et ses pégases volants dans dans le ciel gris. Un peu plus loin, à l'est, une petite ville où une auberge nous attendait. Et plus à l'Est encore, vers les Forêts... rien. Juste un écran étrange que je ne pouvais percer même avec ma vue d'elfe. Nous restâmes quelques minutres puis nous nous dirigeâmes vers cette ville de Naïra-Les-Plaines sous les flocons qui commençaient à tomber. Une heure après, nous étions arrivés devant les lourdes portes de la ville à l'étendard aux blès dorés

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article