Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog d Arwen

RP Heroes'chronicles chapitre 12

25 Août 2007 , Rédigé par Arwen Publié dans #Vieux trucs plein de poussière

Earwen, L'Elfe de la Secte.

Role Play sur Heroes'Chronicles

 

 

Chapitre 12: L'inauguration du Temple.

 
Je tenais entre mes mains une aube noire avec le signe du Dark Mogwaï au dos. Je me deshabillai puis reveti l'habit de cérémonie. L'inauguration du Temple était un passage rituel important. Je mis ma capuche, pris une boite de bois noir assez longue puis je sorti.

Mes sandales claquaient sur le marbre froid. Une ambiance lugubre et silencieuse donnait a l'air une lourdeur écrasante pour un non initié. Je continuai ma route dans le couloir et atteignie l'entrée principale. D'autres membres en capuche formaient deux colonnes. Ma place m'attendait. Tête baissée, nous ne pouvions que deviner la race des autres membres. Un tauren se tenait a coté de moi. La marche commença quelques minutes plus tard. Nous sortimes du temple et je sentis l'air frais mais lourd de l'extérieur. Je du tenir ma capuche car le vent tandait a vouloir la relever. Les deux colonnes s'arretèrent face a l'imposante Pyramide. Le batiment immense formait une figure géométrique parfaite tronquée au sommet afin d'abriter l'Autel des Sacrifices au Dark Mogwaï(GàL) vers lequel menait un escalier impresionnant de rectitude et dégageait lui même une esprit d'éffort et de souffrance pour arriver vers l'Autel.

Les Adeptes encapuchonés, les sectateurs dans la foule et les curieux regardèrent le batiment. Les Fidèles commençèrent leur chant. Quelques membres des colonnes se mirent en marche. Je les suivi. Le chant acompagnait notre ascenssion. Nous nous élévions vers le Dark Mogwaï, Nous étions unis dans le culte et dignes de nous rapprocher du Dieu Vénéré.Nos pas suivaient le rythme du chant des Fidèles. Nous montament lentement et cérémonieusement. Arrivés devant le Grand Autel, nous nous plaçâmes en cercle autour du socle de marbre d'un blanc immaculé... pour le moment.

Brusquement, le chant se tut. Une Liche maintenant connue marcha entre les colones d'adeptes qui se prosterenaient a son passage. DarkAdi, le Grand prophète était suivi de trois personnes. Un Tauren, un Grunt et un Humain. Les Trois Souverains, Kallon, Rellik et Ylloh marchaient fièrement derrière le Prophète. Ils montèrent tous vers l'autel. Nous ouvrimes le cercle pous laisser entrer le Prophète et les Gourous qui se placèrent derrière lui pour fermer la ronde. Aucun bruit ne se fesait entendre. Le prophète s'avança vers le bord de l'escalier:

"Voici ce que Notre Dieu, le Vénéré Dark Mogwaï, souhaitait! Cette ville, Le centre du DarkMogwaïsme, est érigée pour permettre une diffusion de notre religion et de l'influance de sa Grandeur sur le Lorndor. Pour le remercier de cette mission qu'il nous a donner, et pour inaugurer cette nouvelle Pyramide, nous allons faire couler le sang d'un impie!"

Sous la clameur des sectateurs, deux adeptes tenant fermement leur prisonière, amenaient une séduisante et frèle humaine a la Pyramide. La femme se débatait et essayait d'emettre de la magie pour se sauver. Peine perdue, ses matons la conduisaient inexorablement vers ses boureaux. Arrivés en haut, ils jettèrent l'impie sur le marbre froid. Elle frissonna a ce contact. Figée par la peur, elle n'essaya pas de s'échapper. Ses matons déscendirent et se joignirent aux colonnes des adeptes. Le silence se fit une nouvelle fois. Puis, le prophète s'avança. Un nouveau chant commença. Seuls les officiers en haut de la pyramide, dont moi, entamèrent le Chant des Offrandes. Dans une sorte de transe, les adeptes et les sectateurs reprirent la lithurgie doucement. C'est dans cet sorte de fond sonore que DarkAdi, plus sinistre et l'air plus fou se mis devant l'humaine en pleur:

"Que ton sang impie coule à la gloire du Tout-puissant. Puisse ton sacrifice mettre ton âme sur le chemin de Sa volonté."

Tout en disant cela, il tendit les mains vers moi. J'ouvris alors la boite de bois noir puis j'en sorti une dague sacrificielle. En argent, elle brillait lugubrement d'une aura représentant sa soif de sang. Je tendit cérémonieusement l'arme au Prophète qui la pris des deux mains.

"Sois lavée de ton impertinance et de ton ignorance. Ton sang nouri notre foi et Sa Grandeur."

Des officiers s'approchèrent de la sacrifiée et l'immobilisèrent. Elle cria, mais les chants augmentèrent. Le Temple en transe assistait à la première offrande aux Dark Mogwaï.

Le Prophète leva la dague et la planta doucement dans l'abdomen. Il appuya sur le mécanisme. Des lames et des crochets s'ouvrirent dans son corps et arrachèrent ses tripes. La liche tourna sadiquement l'arme sacrificielle et commença à remonter vers l'estomac qui éclata, déversant les sucs gastriques dans le corps tramblotant de l'humaine paralisée par la douleur.
DarkAdi retira la dague brutalement arrachant a la fois les organes et un cri de la victime. Les chants s'intensifièrent encore.
Le prophète repris son art par des signes gravés sur les membres, détruidant les muscles et la chair.
Puis, avant que l'humaine ne meurre, il arracha son coeur battant et enfonça sa dague dans sa gorge avant que la dernière éteincelle de vie de la quitte. Il pris le coeur et le montra aux fidèles:
"Pour le Dark Mogwaï!!
-Pour le Dark Mogwaï!" reprirent les fidèles.

Ils devinrent comme fous lorsque le prophete découpa le corps et le jetta morceau par morceau dans la foule. Le coeur, lui, restera un moment sur l'autel ensanlanté.

"Belle cérémonie, dit alors DarkAdi aux officiers
-En effet, répondit Néocorus, j'ai beaucoup aimé le mécanisme de la dague et l'éclatement de l'estomac.
-Oui, ce fut une bien belle cérémonie cher prophète, congratula Kallon, un peu brutale mais pas mal.
-Et très sanglante, jubila Néocorus, c'est quand la prochaine?
-Je ne sais pas encore, nous verrons bien. Au fait, Earwen, tu as apprecié?"
C'était une pique dans les règles. Il savait que j'avais horreur de ces cérémonies.. Mais la Pretresse se devait d'être présente. Je ne lui répondit pas et rentrais rapidement dans ma chambre après la cérémonie. J'était soulagée de ne pas avoir de sang sur les mains... mais étrangement, quelque chose me disait que c'était tout de même un beau sacrifice...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article